S.N.C.F (Société nationale des chemins de fer français) ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S.N.C.F (Société nationale des chemins de fer français) ...

Message  Chris . . . . . le Mar 25 Mar - 18:45

Bonjour à tous,

Nous allons cette fois-ci, ouvrir un chapitre, sur les chemins de fer français, dans les grandes largeurs, car notre patrimoine, si bien notifié, devrait se décomposer en six (6) groupes bien distincts, à savoir  :
"" le Nord, l'Est, le P.-L.-M., le P.-O., l'Ouest, le Midi et un petit réseau d'état dans le sud ouest "". *
d'aprés notre histoire,...
Il serait importun, de ne pas ouvrir une petite parenthése, sur ces compagnies,(*) avant de poursuivre notre chapitre actuel.  Cool Mais à toute fin utile, sachez, que nous ne rentrerons pas dans la globalité de l'histoire des chemins de fer de France. Mieux, si l'aspect de ce chapitre serait en demande, nous essaierons d'établir quelques S/s-chapitres dans "lignes régionales".

Petite histoire ( pr les néophytes )

§** Les Chemins de fer Français sont nés lentement et modestement; c'est en 1827, trois ans après l'ouverture au service public de la première voie ferrée anglaise, que fut inaugurée entre Saint-Etienne et la Loire (Andrézieux) la première voie ferrée française suivie en 1830-1832 de la ligne Saint-Etienne-Givors-Lyon et prolongée, en 1836, d'Andrézieux à Roanne; ces modestes lignes longues de quelques dizaines de kilomètres étaient créées pour transporter le charbon  à la voie d'eau la plus proche (Loire ou Rhône) et accessoirement ouvertes au transport des voyageurs, lequel était assuré au début dans des tombereaux ouverts, dans des conditions invraisemblables d'inconfort; il est juste de dire que très rapidement de "jolies voitures" couvertes à impériale furent mises en service.

§** Vers la même époque (1839-1840) s'ouvrait une autre ligne isolée, également construite pour débloquer des mines de charbon non desservies par eau entre les mines de la Grand'Combe, Alès, Nîmes et Beaucaire sur le Rhône; c'est aussi cette époque que datent les signes des mines d'Epinac au canal de Bourgogne (Pont-d'Ouche) (1838), de Montpellier à Sète (1839), de Mulhouse à Thann (1839), et surtout la ligne de Strasbourg à Bâle (1841), à la fois première ligne française à grande distance (140 Km) et première ligne internationale d'Europe.

§** De grandes compagnies se constituèrent peu après : de Normandie et de Bretagne (1839-1842) (Ces compagnies fusionnèrent en 1855 avec la Compagnie de "Saint-Germain" pour constituer la Compagnie de l'Ouest); du Nord, en 1842; du Chemin de Fer de Strasbourg, en 1845 (Cette entreprise prit le nom de Compagnie de l'Est en 1854 au moment où lui fut accordé la concession de la ligne de Paris à Mulhouse);du Paris-Lyon, en 1845; de Lyon à Avignon, en 1846 (ces deux dernières fusionnèrent pour constituer le P.-L.-M., dès 1850. Entre temps la compagnie de Lyon à Avignon avait fusionné avec celle qui exploitait la ligne d'Avignon à Marseille pour devenir Compagnie de Lyon à la Méditerranée.); du Paris-Orléans, en 1848 ; du Midi, en 1852; du Grand Central, en 1853 (dissocié et réparti entre le P.-O et le P.-L.-M. dès 1857)



§** A côté des Compagnies exploitant les grandes lignes et possédant toutes, sauf le Midi, leur terminus à Paris, on vit surgir, dès cette époque, et dans les périodes suivantes, une masse d'entreprises exploitant chacune quelques lignes dans les contrées les plus diverses : chemins de fer de Lyon à Genève, du Dauphiné, d'Alsace, des Charente, des Dombes, de la Vendée, Nantais, de Rouen à Orléans, d'Orléans à Châlons, des Ardennes ; la plupart de ces Compagnies se trouvèrent aux prises avec des difficultés financières et furent peu à peu absorbées par les entreprises plus importantes, de sorte que, vers 1860, il ne subsistait, en France, que six grands réseaux couvrant l'ensemble du territoire : le Nord, l'Est, le P.-L.-M., le P.-O., l'Ouest, le Midi et un petit réseau d'état dans le sud ouest ; les grands réseaux ramenés à cinq par la fusion du P.- O. et du Midi en 1934, ont subsisté jusqu'à leur nationalisation, le 1er Janvier 1938, date de la création de la SNCF : les "régions" de la SNCF respectent sensiblement les limites des anciens réseaux.



§** Carte de 1910/1930 ...



*   = principales Compagnies
** = paragraphes prient au hasard ...

Cette bréve ouverture s'arrête là, car nous dépasserions largement le cadre de ce chapitre, qui est de présenter la S.N.C.F, et non d'illustrer, son histoire  Wink ...

Société nationale des chemins de fer français

La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est une entreprise publique française opérant dans le transport ferroviaire. Elle fait partie du groupe SNCF.

Création : 31 août 1937
Dates-clés : 1er janvier 1983, statut d'EPIC
Forme juridique : Établissement public à caractère industriel et commercial1
Sigle : SNCF
Slogan(s) :
« Des idées d'avance »
« Donner au train des idées d'avance » (2005)
« Prenez le temps d'aller vite » (2001)
« À nous de vous faire préférer le train » (1995)
« Le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous » (1991)
« SNCF, c'est possible ! » (1988)
« Le train du bon temps à bon prix » (1983)
« Prenons le train » (1970/1980) »

Siège social : La Plaine Saint-Denis, Saint-Denis (France)
Direction : Guillaume Pepy
Effectifs :
-- 160 000 salariés (début 2010)
-- 250 000 pour le groupe
Société mère : Groupe SNCF
Site web : www.sncf.com
Localisation : France
Longueur : 29 273 km (réseau RFF)
Dont électrifiés : 15 687 km (réseau RFF)
Écartement des rails : Standard UIC (1 435 mm) (RFF)
Trafic voyageurs : 1,1 milliard par an2
Trafic fret : 40 milliards de tkm (2007)3

Lignes du réseau européen exploitées par la SNCF
(( Actuelle))



Légende

-- Lignes ferroviaires: bleus - lignes à grande vitesse (LGV) en France,
-- rouges - lignes à grande vitesse au dehors de la France,
-- noires - lignes 'classiques' avec le service TGV,
-- rouges et bleues entrecoupées - lignes à grande vitesse en construction,
-- noires entrecoupées - lignes 'classiques' dont le service TGV est prévu,
-- grises - autres lignes 'classiques' du réseau voyageurs.
-- Gares ferroviaires ou villes: rouges: points - avec le service TGV,
-- carreaux - avec le service TGV uniquement (gares sur les lignes nouvelles)
-- verts: points - dont le service TGV est prévu,
-- carreaux - pour les TGV uniquement (gares sur les lignes nouvelles, en construction),
-- points gris - les autres stations ou villes du réseau voyageurs.
-- les tailles des points indiquent les grandeurs des villes (subjective)

Les logos



Présentation

La forme juridique de la SNCF est celle d'un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC)4, qui par ailleurs détient des participations majoritaires ou totales dans des sociétés de droit privé regroupées dans le groupe SNCF et dont la tutelle de l'État est exercée par la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie.5 Le siège social de la SNCF se trouve à La Plaine St-Denis, 2 place aux étoiles, à côté de la gare du RER D "Stade de France Saint-Denis".

L'EPIC, employant près de 160 000 personnes (début 2010) pour un chiffre d'affaires de 17,8 milliards d'euros (2009), exerce une double activité :
Entreprise ferroviaire chargée de l'exploitation commerciale de services de transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises, en échange de 4,5 milliards d'euros de redevance versée à RFF6.
Exploitation et maintenance, pour le compte de RFF, du réseau ferré national français (via une convention de gestion).

La SNCF exploite environ 29 273 km de lignes7, dont 1 884 km de lignes à grande vitesse7 et 15 687 km de lignes électrifiées7. Elle fait circuler en moyenne 14 000 trains par jour et transporte 1 milliard de personnes par an. Par son volume d'activité, c'est la deuxième entreprise ferroviaire de l'Union européenne, après la Deutsche Bahn.[réf. souhaitée]

Le reste du groupe SNCF, employant près de 68 000 personnes, pour 7,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires (2009)8, intervient dans les domaines suivants :
Logistique et transport routier de marchandises (dont Géodis).
Transport routier de voyageurs (dont Keolis).
Liaison maritime (SeaFrance).
Ingénierie (Infra Ingénierie [réf. souhaitée], EFFIA, INEXIA…).
Commerce (Voyages-sncf.com…).
Billettique (RITMx [réf. souhaitée]).
Participation dans des sociétés ou GIP ferroviaire [réf. souhaitée] partagées avec d'autres partenaires Eurostar, Thalys, Elipsos, Lyria et Nuovo Trasporto Viaggiatori notamment.
Développement économique et soutien à l'entreprenariat[précision nécessaire][réf. souhaitée] [Pourquoi ?] (SNCF Développement).
Son président est Guillaume Pepy, ancien directeur général exécutif.

Rame TGV Duplex DASYE ( moteur asynchrone , nouvelle generation de duplex ) à la gare de Figueres-Vilafant


TGV 4402 "V150" à la composition atypique roulant à 574,8 km/h au PK 192 de la LGV Est européenne, alors qu'il établit un nouveau record du monde de vitesse le 3 avril 2007 près du Chemin, Meuse, France.


BB 15048 en attente à Amiens


Historique

Premier logo de la SNCF (1939)


La SNCF a été créée par convention du 31 août 19379 entre l’État et les compagnies privées de l'époque (Nord, Est, Paris à Orléans, Paris à Lyon et à la Méditerranée, Midi, Syndicat du Chemin de fer de Grande Ceinture et Syndicat du Chemin de fer de Petite Ceinture) ainsi qu'avec les deux réseaux administrés par l’État (État, Alsace et Lorraine), transférant, au 1er janvier 1938, l’exploitation des lignes de ces anciens réseaux à la SNCF10. Cette convention a été validée par décret-loi du 31 août 193711.

À l'époque c'était une société anonyme d'économie mixte, créée pour une durée de 45 ans, dont l'État possédait 51 % du capital, les 49 % restants appartenant aux actionnaires des sociétés financières ayant succédé aux six anciennes compagnies (Compagnie des chemins de fer du Nord, Administration des chemins de fer d'Alsace-Lorraine, Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, Compagnie des chemins de fer de l'Est et Réseau de l'État). La plupart des membres du personnel bénéficient d'un régime particulier de retraite et d'un statut particulier. Les agents de la SNCF ne sont pas des fonctionnaires. Les personnels contractuels sont affiliés au régime général.

Le 30 décembre 1982, entre en vigueur la Loi d'orientation sur les transports intérieurs (LOTI). Le 31 décembre 1982, la convention de 1937 arrive à expiration, et l'ensemble de la SNCF revient à l'État, qui la dote d'un nouveau statut au 1er janvier 1983. La SNCF devient alors un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), et ses agents gardent leur statut particulier. Un cahier des charges et des « contrats de plan » pluriannuels règlent l'ensemble des relations entre l'État et l'entreprise.

Au début des années 1990, la directive européenne 91/44012 vise à permettre une ouverture à la concurrence. Elle impose notamment :
la séparation de la gestion de l'infrastructure et de l'exploitation ;
la distinction du gestionnaire de l'infrastructure et des entreprises ferroviaires.

Elle ne sera cependant transposée dans le droit français qu'en 1995. Le rapport de la cour des comptes de 2007 relève que la séparation entre gestion de l'infrastructure et de l'exploitation telle qu'elle a été effectuée en 1997 allait au-delà des exigences de l'article 1 de la directive 91-440, qui n'exigeait qu'une séparation comptable. En outre, l'article premier de la directive 91/440 a été abrogé en 2001 par la directive 2001/12/CE13.

Historique des présidents de la SNCF

Depuis sa fondation en 1938, la SNCF a été présidée par21 Pierre Guinand (1938-1940), Pierre-Eugène Fournier (1940-1946), Marcel Flouret (1946-1949), Pierre Tissier (1949-1955), Louis Armand (1955-1958), André Ségalat (1958-1975), Jacques Pélissier (1975-1981), André Chadeau (1981-1985), Philippe Essig (1985-1988), Philippe Rouvillois (1988-1988), Jacques Fournier (1988-1994), Jean Bergougnoux (1994-1995), Loïk Le Floch-Prigent (1995-1996), Louis Gallois (1996-2006), Anne-Marie Idrac (2006-2008), Guillaume Pepy (2008-).

L'avenir du fret

Fret SNCF est une activité en difficulté depuis plusieurs années. Le trafic a représenté en 2004 environ 46 milliards de tonnes-kilomètres pour une part de marché estimée à 13 %, environ 41,6 milliards de tonnes-kilomètres en 2007 et 36,5 milliards de tonnes kilomètres en 2008. En 2004, elle a enregistré une perte de près de 400 millions d'euros. Un plan de recapitalisation, d'un montant de 1,5 milliard d'euros sur trois ans, a été engagé en 2005 avec l'accord de la Commission européenne. L'État français est autorisé à subventionner la SNCF à cet effet à hauteur de 800 millions tandis que l'entreprise financera par elle-même le solde de 700 millions. En contrepartie, les conditions posées par la Commission portent sur l'ouverture du marché du fret à la concurrence et sur l'interdiction de toute autre subvention pendant dix ans, sauf si l'activité Fret était filialisée.

Pour l'exercice 2006, la SNCF a annoncé un déficit courant de 250 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 1,7 milliard. Il faut ajouter à ce chiffre 650 millions de pertes exceptionnelles dues à des provisionnements. Le défi à relever pour les années à venir est, selon l'ancienne présidente Anne-Marie Idrac, de retrouver un niveau de compétitivité durable dans l'activité fret, en grave difficulté depuis la double concurrence de la route et des transporteurs ferroviaires privés. Une nouvelle organisation avec des moyens matériels et humains dédiés au fret a été lancée début 2007 ; des adaptations de l'outil industriel et une négociation sociale sont annoncées. La SNCF entend rester le second transporteur de fret en Europe derrière la DB, qui étend sa présence dans toute l'Europe par des opérations de croissance externe[réf. nécessaire].

En 2009, Guillaume Pepy se refuse à la mise en place d'un sixième plan Fret. Un accord a été signé avec l'État afin d'investir 1 milliard d'Euros dans le développement du transport de marchandise éco-durable. L'arrivée de Geodis dans le groupe permet de consolider les activités dans toute l'Europe. L'ambition clairement affichée est de devenir un modèle et un champion Européen de transport multi-modal.

Avec la crise économique de 2008-2009, le trafic du fret a subi une chute de 25 % au premier semestre 2009. Le chiffre d'affaires du groupe s'en fait ressentir à hauteur d'environ 60 % alors que la branche ne représente que 6 % de l'activité du groupe. La SNCF s'est donné deux ans pour redresser la situation en limitant à quelques axes le trafic « wagon isolé » (70 % du déficit du fret), en soutenant le projet CAREX de TGV fret entre les grandes métropoles européennes et en réduisant les coûts de structure de 20 à 10 %15.

L'état du réseau

Selon un audit commandé en septembre 2004 par la SNCF et RFF[réf. souhaitée], l'état du réseau ferré français serait alarmant. Les experts ont notamment relevé une baisse tendancielle de la part des dépenses d'entretien affectées au réseau classique et un déséquilibre entre les dépenses d'entretien et les dépenses de renouvellement, la part des renouvellements, qui permettent de réduire sensiblement l'entretien courant, étant nettement plus faible que dans d'autres réseaux européens. La charge de la remise à niveau du réseau est évaluée à 15,3 milliards d'euros sur dix ans. Cela représente un besoin de financement important pour le gestionnaire du réseau qui se traduira vraisemblablement par une pression accrue sur la SNCF tant comme transporteur (hausse des péages) que gestionnaire délégué de l'infrastructure (augmentation de productivité).

BB67484 en gare d'Amiens


Bibliographie
Une entreprise publique dans la guerre, la SNCF, 1939-1945, Paris, AHICF / PUF, coll. « Documents »,‎ 2001, 414 p. (ISBN 2-1305-1880-X)
Actes du 8e colloque de l'AHICF

Nicolas Beau, Laurence Dequay, Marc Fressoz, SNCF, la machine infernale, Paris, Le Cherche Midi, coll. « Documents »,‎ 2004, 266 p. (ISBN 2-74910-204-9)

Voir aussi

Articles connexes
Groupe SNCF : (SNCF Infra • SNCF Proximités • SNCF Voyages • SNCF Geodis • Gares & Connexions)
Histoire de la SNCF
Histoire des chemins de fer français
Matériel moteur de la SNCF
Livrées SNCF
Liste des présidents de la SNCF
Endettement des transports ferroviaires en France

Liens externes[modifier le code]
Site officiel SNCF
Rapports d'activité et d'écomobilité SNCF
Rapports financiers SNCF


Et bien, voilà, (voilou), cette page se referme, pour aujourd'hui, en espérant que cela vous a mis quelques notions de ce qui est !! La prochaine fois, nous nous tournerons vers une autre énorme page, qui est l'Allemagne, et ses époques, dont nous parlerons beaucoup de ces vapeurs, et bien-sûr, de ce qui se fait actuellement  Wink  ...

Excellente visualisation et bonne soirée ...

Chris .....

_________________
Cordialement
Christian


Chronologie

-- Concepteur // Contructeur tous réseaux (Toutes échelles) ...
-- Ex-Monteur Digital (ancien protocole Märklin) ...
-- Märklin Ho voie K ...
-- Mn protocole I & II (6021 et ses dérivés 6035 / 36 / 40 / 43 / 51 / 70 / Etc ...) ...
avatar
Chris . . . . .
Admin

Messages : 626
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 55
Localisation : Sud-ouest ...Mildiou !

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum